Partagez | .
 

 [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

MessageSujet: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   Lun 20 Jan - 18:39

Je me réveilles. Je suis allongée sur mon lit, dans ma chambre, à l'internat. Je mets un peu de temps à me souvenir de ce qui s'est passé. J'ai été à l'hôpital... Parce que... Alex est revenu? Oui, je crois que c'est ça. Et il a essayé de m'étrangler. Je crois que Vadim nous a fait sauter par la fenêtre. Et après j'ai du évanouir. Oui, je crois que c'est ça.

Je me lèves et m'approches du grand miroir sur mon armoire. Sur mon cou, je vois d'immondes traces violacées, celles des doigts qui ont tenté de m'étrangler. J'espère qu'elles partiront. Je ne supporterais jamais de porter avec moi chaque heure, chaque minute, chaque seconde, une trace d'Alex sur mon corps. Jamais.
Je suis hideuse, avec ces marques, mon teint maladif, mes cernes et mes bleus. Mais je crois que finalement c'est mieux comme ça. je préférerais être née laide.

Peu à peu tous les détails me reviennent en mémoire. Alex a essayé de me tuer. Vadim m'a sauvée. Sans lui je ne serais sans doute plus là. Je ne pourrais jamais assez le remercier. Après m'être évanouie je me suis réveillée à l'hôpital, je crois qu'ils ont du me garder en observation tout l'après-midi, mais je ne m'en rappelle plus vraiment, j'étais complètement à la masse, je n'arrivais même pas à comprendre qui était autour de moi dans la chambre, je crois que j'ai beaucoup dormi.

Je n'ai pas besoin de réfléchir longtemps pour comprendre que je n'irais pas en cours demain (puisqu'on est dimanche), et pour tout dire, ça me fait plus plaisir qu'autre chose, je n'ai pas envie d'affronter le regard des autres, avec mes marques sur le cou, mon évanouissement et notre arrivée par la fenêtre.

Je me sens complètement hors-service, et je retourne dans mon lit à vitesse grand V.

Je fais un petit test, et prononce le mot "Bonjour" à voix haute. Ma voix est hideuse, éraillée. Si on se revoit, Alex, je ne  serais pas si facile à avoir. Je me vengerais. Ça me donne envie de pleurer, je ne pourrais sans doute pas chanter pendant quelques temps.

J'essaie de me reprendre. Nobilia a forcement du prévenir mes parents. Je pense aussitôt à Sacha. Il ne faut pas qu'il s'inquiète, je ne veux pas qu'il se fasse du soucis, il a bien assez de chose à surmonter comme ça.

Je m'ennuie, je ne sais pas quoi faire. Je me lève à nouveaux et sors une mince pile de feuilles de papier, des stylos, et des crayons de couleur de ma trousse, et une boîte de gouaches de mon bureau. Je prends une chemise à élastiques en guise de support, et retourne dans mon lit.

Je laisse virevolter mes pensées sur le papier, avec des couleurs, c'est du n'importe quoi mais ça me défoule. Du rouge et des insultes pour Alex,et puis du noir et des gribouillages, toute ma rage sur le papier.
Du bleu et des remerciements pour Vadim, au milieu je dessine un papillon, qui ne ressemble à rien, mais c'est un papillon quand même.
Et je fais la même chose pour Sacha, Maman, Papa... Mais pas pour Laurent. Je ne le connais plus je crois. Et de toute façon je crois qu'il se fiche bien de moi; et de Sacha encore plus, et c'est pour ça que je lui en veut autant.

Au bout d'une heure, une dizaine de feuilles s'éparpillent au bout de mon lit, je ne vois pas ce que je peux à présent faire pour m’occuper.

Pour pousser la thérapie jusqu'au bout, je punaise mes créations au mur contre mon lit.

Je regarde l'heure. Il n'est que huit heures du matin. Je crois que si je me suis réveillée si tôt c'est parce que j'ai énormément dormi la veille.

Je prends mon téléphone sur ma table de chevet. J'ai juste un SMS. je suis contente que Papa et Maman ai compris qu'il ne faut pas me harceler pour savoir  si je vais bien. Ça ne fait qu'empirer les choses, je me sens oppressée. Le SMS vient de Sacha. Il me fait un peu rire quand je le lis:

"Coucou Lana Panda, j'espaire que sa va.
Dais que tu reverrat Monsieur Vadimme,
téléfone moi et passe le moi, je veux
lui parlet.
Gros bisous,
Sacha le chat (miooow)"


Je me demandes bien ce qu'il peut bien vouloir dire à Vadim.

Je commence à m'ennuyer sec, mais je ne peux pas me permettre de faire du bruit, ça réveillerait tout le monde. Et puis j'ai du en faire assez hier, avec mes feux d'artifices... Les murs de la chambre en ont d'ailleurs prit un sacré coup.

J'ai soif et vais prendre un verre d'eau à la salle de bain. Cela soulage un peu ma gorge, et ma bouche asséchée. Je me rends alors compte que je porte encore un horrible pyjama de l'hôpital. Beurk! Je le retire illico, et enfile un de MES pyjamas. Je suis encore fatiguée, mais je tiens debout. Et puis je ne vais tout de même pas passer ma journée au lit, zut!

Je n'ai pas envie de prendre un livre. C'est bizarre, d'habitude j'adore lire.

je pourrais me mettre du vernis aux pieds pour m'occuper? Non, ma chambre empesterait. Je n'ai aucune envie de bosser mes cours, et encore moins de faire des exercices.

Finalement, je m'assois par terre, au beau milieu de la pièce, et m'écris des trucs sur les pieds au stylo, je ne sais pas pourquoi. Des choses comme des insultes à gauche, et des remerciements à droite.

Je suis à fond dans cet exercice improbable, quand quelqu'un toque à la porte. " C'est moi, Vadim."

J'ai retenu la leçon, et regarde par le judas avant d'ouvrir. C'est bien lui. J'ouvre donc la porte.


Dernière édition par Lana DESCOMBRES le Ven 28 Fév - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   Lun 20 Jan - 21:24

L'hôpital. Quel affreux endroit. J'ai vu des souvenirs resurgirent et ça n'a vraiment pas été agréable. Oh ça non.

/.../ " D'où il vient celui-là ? " " Centre ville, il s'est écroulé au milieu de la foule. Il semblait épuisé et venait de la forêt près du lac à une dizaine de kilomètres de là. " Des ombres au-dessus de moi, un masque sur mon visage, on avance. J'ai envie de vomir. " Vous voulez dire qu'il a fait tout ce chemin à pieds ? " " Vu son état, en courant même. Il ne s'est pas évanouie que pour ça. Il a une bosse. C'est sûrement un traumatisme crânien datant d'avant sa perte de connaissance. " J'ouvre les yeux plus franchement. Ca tourne encore, je me sens si mal. " Monsieur ! Vous allez bien ? Serrez ma main ! " Je la sers, oui je suis là c'est bon. Qu'est-ce que je fous là d'abord ? Pourquoi mes yeux sont humides comme si j'avais pleuré... " Ne vous inquiétez pas. On va prendre soin de vous. " Le noir de nouveau. Il ne m'avait pas manqué celui-là. /.../

Ces murs blancs, cette odeur d’hyper-propreté me donne de nouveau la gerbe. Il avait réussi à me garder deux jours en observation et j'ai eu le droit à un joli bandage pour éviter de nouveau choc sur ma fichu bosse. Mais nous ne sommes pas là pour moi. J'ai suivi Lana dans l'ambulance. Je peux rester avec elle, elle n'a rien de bien grave. Avec du repos, elle se remettra de ses émotions. On ne peut rien faire pour ces vilaines marques qu'elle a sur le cou par contre. Alors j'ai mis ses cheveux dessus, comme ça au moins, on ne les voit plus. Assise à côté d'elle, je ne sais pas ce que je fais là. Elle est si loin. Elle n'a rien. Mais je préfère. Si ce connard d'Alex traîne dans les parages, je suis prêt à l'accueillir. Mais il ne reviendra pas aussi vite : il n'est pas fou.

On est rentré, elle ne me parlait à peine, elle s'est endormie sur mon épaule dans la voiture. Le surveillant en a bien sûr profiter pour me donner ma première punition dès le soir même. Enfin, elle s'est endormie directe sans un mot sur son lit, je ne me suis pas trop fait de soucis pour elle. J'ai passé une affreuse soirée à faire toutes les poubelles de Nobilia en compagnie du concierge. Comme il a bien vu que je faisais tout ce qu'il me demandait : il a été sympa avec moi. Mais je pense qu'on va encore passer beaucoup de temps ensemble. Exténué, puisque moi aussi, j'ai eu ma dose d'action, je me suis écroulé comme une masse et j'ai presque aussi bien dormi que la veille. Aucun rêve, aucun doute, juste le sommeil profond et réparateur. Des nuits comme je les aime. Ce matin, je dois aller en colle. Exceptionnellement, je suis convié à passer ma matinée en salle d'étude pour rattraper une partie des cours que j'ai loupé depuis le début de l'année. J'ai hâte... M'enfin, à la moindre bourde on appelle mon père. Je n'ai pas le choix. Je passe voir Lana pour lui expliquer la situation.

Je frappe. Puis repense à la veille et ajoute. " C'est moi, Vadim. " Elle s'est montré méfiante, ça me fait sourire. Puis elle m'ouvre enfin. " Alors comment va ma petite blessée de guerre ? " Je m'approche et viens mettre ses cheveux devant ses épaules. On ne voit plus les marques. " Voilà qui est mieux. " Je vois tout de suite ce qui a changé ici. Les traces d'explosion au plafond sont plutôt spectaculaire. Je me demande quel tête ferait le concierge en voyant les dégâts. Je pense surtout que ça le ferait rire dans une premier temps. Il n'est vraiment pas méchant ce gars. Un autre détail m'intrigue. Des dessins partout sur un mur. De la peinture ? " C'est toi qui a fait tout ça ? " C'est ... coloré. Je n'y comprends pas grand-chose mais ça ne semble pas être de simples gribouillages. Je pousse un petit soupire. Je pense que des choses m'échappent. Mais ce n'est pas bien grave. " Tu as de drôles de façon de t'occuper. " Je souris. Je me gratte la tête, ma bosse ne me fait presque plus mal. Je suis gêné d'avoir oublier pourquoi je suis venu. " Je ne peux pas rester longtemps. J'suis collé ce matin... Je dois me tenir à carreau pour ne pas que mon père soit prévenu... Enfin bref. " Adieu ma si précieuse liberté chéri... J'ai vraiment du mal à me plier à ce qu'on me dit. Mais ... je vais pas prendre le risque d'être rapatrié dans mon pays ! Pas maintenant ! " Tu penses pouvoir tenir jusqu'à ce midi ? Je passerais te prendre pour qu'on aille manger ? On a du pain sur la planche cet après-midi ! "

Mais oui, tout à fait. Le gymnase sera l'endroit parfait pour lui apprendre quelque truc. Il faut qu'elle se repose encore un peu, moi je n'ai pas le choix mais avec un peu de chance : je serais libre pour l'après-midi. J'ai vraiment hâte. Purée, avoir une colle de rattrapage le dimanche : ça devrait être interdit !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   Mar 21 Jan - 16:24

" Alors comment va ma petite blessée de guerre ? " Vadim s'approche de moi, et place mes cheveux sur mon cou, de manière à cacher mes ecchymoses. "Voilà qui est mieux. " Je luis souris. Il parcoure la chambre des yeux, et s'attarde sur mes dessins étranges. S'il-te-plait, ne regardes pas mes pieds Vadim! Je me sentirais trop bête...
" C'est toi qui a fait tout ça ? "Me demande-t-il en désignant les dits-dessins. Je hoches la tête, je ne veux pas qu'il entende ma voix horrible, les marques sur mon cou suffisent largement.
" Tu as de drôles de façon de t'occuper. " Je hoches de nouveau la tête en souriant, mais je sais que cette fois-ci, cela ne peut en aucun cas paraître naturel. Il doit se douter de quelque chose.
" Je ne peux pas rester longtemps. J'suis collé ce matin... Je dois me tenir à carreau pour ne pas que mon père soit prévenu... Enfin bref. Tu penses pouvoir tenir jusqu'à ce midi ? Je passerais te prendre pour qu'on aille manger ? On a du pain sur la planche cet après-midi ! "
Ohoh... Cette fois-ci, hochages de tête et sourires ne suffiront pas comme réponse. Bon, et bien tant pis . Quand il faut y aller, faut y aller.


"Ce n'est pas grave, ne t'inquiètes pas. Je trouverais de quoi m’occuper. Je t'attendrais ici, bon courage pour ta colle!"
Kiiiiiiiiiiiiia!!!! Oh mon Dieu, ma voix est horrible! Pire que ce que je croyais! Elle est rauque, cassée, éraillée, on dirait une voix d'alcoolique fumeuse héroïnomane anorexique dépressive psychopathe!
A un tel point que ça me donne des frissons. Je suis à la limite de m'auto-effrayer, c'est pour dire. Je sais bien que Vadim doit penser la même chose, ma voix est défigurée. Pour couper court à nos réflexions mutuelles sur le sujet, je rajoute quelque chose, avec ma voix évidemment, ce qui en réalité ne change donc rien du tout.


"Sacha m'a dit qu'il voulait te parler, il téléphonera sans doute tout à l'heure."
Je souris à Vadim pour essayer de le rassurer à mon sujet, puis il m'adresse un signe de la main et s'en va. Je vois la porte se refermer doucement derrière lui, puis je me rassois par terre. Je crois qu'il n'a pas fait attention à mes pieds. Heureusement.

Je suis donc là, au milieu de la chambre, face à mon stylo. Et puis je le reprends et continue. Les mots remontent jusqu'aux mollets, puis vont s'entortiller autour de mes genoux, et peu à peu ils se changent en dessins de cicatrices mêlées à des phrases, avant de ne devenir plus que fausses cicatrices. Je crois que je vais m'arrêter là. Je ne comprends pourquoi je fais ça, mais cela m'est égal, tant que je ne me fais pas de mal. Selon moi, mieux vaut s'écrire dessus que de se mutiler.

J'ai maintenant envie de lire, je sors donc un ouvrage de mon armoire. Je me rassois encore une fois au milieu de la pièce. Je me plonge dans Les Fleurs du Mal de Baudelaire, j'adore Baudelaire. Cette noirceur poétique, cette angoisse exprimée, lire cet ouvrage me donne l'impression d'être comprise. Alors je suis là, assise puis allongée sur la moquette moelleuse, les jambes taguées, mon livre entre les mains. Et puis les heures passent, et je m'imprègne, j'oublie tout, tout ce qu'il y a autour de moi, tout le monde, tout. Je me sens bien, je suis devenue le livre, je ne vis plus que pour ce livre, son encre est mon oxygène, puis quelqu'un toque de nouveau à la porte.

Je sors de ma torpeur et regarde l'heure. Il est midi dix. J'oublie totalement que je suis en pyjama, jambes couvertes d'un méli-mélo de pensées, et puis je regarde par le judas, évidemment c'est Vadim, je suis contente et j'ouvre la porte, le livre à la main, le sourire aux lèvres, mes pensées sur la peau, en oubliant ma voix si affreuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   Mar 21 Jan - 22:21

" Ce n'est pas grave, ne t'inquiètes pas. Je trouverais de quoi m’occuper. Je t'attendrais ici, bon courage pour ta colle ! " Ouah ! Mes oreilles ! C'était vraiment très rauque et grave. Se faire broyer la gorge comme ça à laisser quelques séquelles on dirait. " Ouah ! Quelle voix de rockeuse : va falloir changer de répertoire ! " Je tente de la faire sourire mais je vois bien que je ne fais pas mouche. " Ne t'en fais pas. Ça devrait passer d'ici quelques temps. " Elle sourit encore mais je vois bien qu'elle est horrifiée par ce qu'il sort de sa bouche. Alors que je me dirige vers la sortie, voyant l'heure tournée, pour ne pas être trop en retard. " Sacha m'a dit qu'il voulait te parler, il téléphonera sans doute tout à l'heure. " Cette réflexion avec sa voix me fait un peu rire. " Sacha vraiment ? " Je me gratte la tête un peu gêné de devoir reparler à ce petit frère qui me fait confiance sans me connaître. Je n'ai jamais eu de petit frère comme ça. Le mien, m'a toujours détesté alors ça me change un peu de pouvoir l'impressionner et d'entendre ses réactions enfantines pleine d'une délicieuse inconscience. " J'y vais alors, à tout à l'heure. Sois prête, je reviens vers midi normalement. " Un dernier geste et je claque la porte derrière moi. Elle referme la porte. Je suis content qu'elle se montre si prudente.

Ma colle... Comment vous dire... C'était si long... Le surveillant sadique -oui j'vais l'appeler comme ça maintenant- a bien vérifier que je m'intéresse à chaque leçon qu'il me présentait. Entre les maths, l'histoire, les sciences, l'anglais, l'espagnol... il y a bien que le français qui m'a intéressé. Le prof, Thibault je crois, voulait que je fasse un compte-rendu de ce que j'ai compris du cours qu'on m'a présenté. Le surveillant sadique a été très surpris que je prenne un stylo dans ma trousse quasiment vide et que j'ai remplis parfaitement la feuille avec mon résumé. " Tu... tu as compris tout ça ? " Je le regarde d'un air mauvais. " Le français c'est facile. Je l'ai déjà lu ce livre. " Il semble rassurer. " Tu l'as déjà étudié en Russie ? " Je lui referme son clapet direct. " Non, je l'ai lu seul. " Il me laisse enfin sortir et j'ai trop de leçons dans la tête. J'ai absolument pas envie d'en apprendre plus dès demain matin mais bon. Je passe à la cafétéria pour avoir de quoi faire une pique-nique pour Lana et moi. J'espère que ça lui fera plaisir. J'arrive  justement devant sa porte. Je frappe simplement. Elle m'ouvre alors.

" Hey ! " Je la regarde de haut en bas. " Toujours en pyjama ! Et qu'est-ce que tu as sur les jambes ? " Je referme la porte derrière moi et ouvre celle de la salle de bain. " A cette heure-là, il y a un monde fou à la cafétéria. J'nous ai pris de quoi grignoter pour faire un pique-nique, ça te va ? " Elle parle le moins possible, pour sa voix j'imagine. Je me tourne donc vers son lit et je prends le téléphone. " Je peux ton portable pour appeler ton petit frère ? " Elle a l'air d'apprécier mon initiative, surtout qu'elle ne peut pas le rassurer avec sa voix de fumeur de cigare... Pendant qu'elle se change, je compose le numéro. " Allô ? Papa et maman ne sont pas là mais ... " " C'est Vadim. " Il a l'air surpris et change tout de suite de ton. " Vadim ! Super ! Tu joues bien les antivols ? " Je fais les yeux ronds. " Les antivols ? Comment ça ? " Très à l'aise, il m'explique un peu mieux. " Ben oui pour ne pas qu'on vole le corps de ma soeur ! " J'ai... un peu de mal après avoir grillé mes neurones toute la matinée. " Voler le corps de ... Aaaaah ! " " Ben t'es long à la détente toi ... " " Excuse-moi si je n'arrive pas à comprendre le morveux. " Il s'offusque imméditement. " J'suis pas un morveux ! J'suis même pas enrhumé d'abord ! " Je ris. " Tu es drôle toi, tu me plais. " " Alors ? Il s'est rien passé hein ? " J'hésite beaucoup mais ... je n'ai pas le droit de lui mentir. Entre homme, on peut se comprendre. " Sacha. Je peux te parler : mais si tu me jures de garder ça secret. " Très impressionné, il avale sa salive, soudain très sérieux. " Promis, juré ! " " Tu ne diras même pas à ta maman, ni à ton papa ni à personne ce que je vais te dire ? " " A personne ! "  

C'est à mon tour de déglutir, mal à l'aise. Je me dois toujours de tenir mes promesses. Je vais lui expliquer. " Alex est revenu. " J'entends qu'il est surpris, je continue. " Il est revenu avec d'autres garçons et je suis arrivé juste à temps pour protéger ta sœur. " " D'autres garçons ? " " Seul, il n'était pas assez fort pour entrer dans l'école. Ils ont réussi ensemble. Mais : je t'assure que je les ai tapé assez fort pour ne pas qu'ils reviennent tout de suite. " Je souris et m'adresse un peu à Lana en même temps. " Cette après-midi, je vais apprendre à Lana à se défendre. Alex ne pourra plus rien lui faire quand elle saura les mêmes choses que moi ! " " Han ! D'accord ! Elle va être trop forte aussi Lana ? " " Oui, aussi forte que moi. " " Merci monsieur Vadim ! Je suis rassuré. "
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   Mer 22 Jan - 13:01

" Hey ! "Vadim me dévisage un peu étrangement, et au début, je ne comprends pas pourquoi. " Toujours en pyjama ! Et qu'est-ce que tu as sur les jambes ? " Zut! J'aurais tout de même pu y penser! Je me sens vraiment bête, avec mes jambes décorées de la sorte...
Vadim ouvre la porte de la salle de bain pour que j'ailles m'y changer.
" A cette heure-là, il y a un monde fou à la cafétéria. J'nous ai pris de quoi grignoter pour faire un pique-nique, ça te va ? "
Je valides d'un petit "hum hum" souriant. J'aime bien les pique-niques. J'aimerais bien aller au lac, ça serait drôle. j'aime bien l'eau. Les lacs, la mer...
" Je peux ton portable pour appeler ton petit frère ? " Heureusement que Vadim en parle, j'étais sur le point d'oublier Sacha!
"Oui, bien sûr, vas-y!" Ouaaaaah! Je crois que je vais devoir manger un pot de miel entier...


Je me changes dans la salle de bain, mais je peux entendre la discussion, Vadim a mit le haut-parleur. Au moment où j'entends Sacha prononcer "antivol", je me retiens d'exploser de rire. Mais en plus, Vadim met du temps à comprendre, alors je ne peux pas me retenir, c'est trop: j'éclate de rire, c'est juste énorme.
La conversation des deux garçons reprend son cours, puis je découvre le programme de l'après-midi. Tout ça promet d'être sportif.
Je reviens dans la chambre, en jean et t-shirt.

Vadim s'apprête à raccrocher, mais Sacha s'écrie: "Attends! Je peux parler à Lana Panda??"

Je fais non de la tête à Vadim, vu ma voix il ne vaut mieux pas que Sacha m'entende...

Vadim lui dit donc que je dors, tout un tas de foutaise, et Sacha le croit puis raccroche. Ouf.


"Si on allait déjeuner au lac?" Je finis par m'habituer un peu à ma voix, on dirait.

En réalité ce n'était pas vraiment une question. Je prends un sac, jette dedans une paire de lunettes de soleil, une serviette de bain et de la crème solaire. Je compte vraiment me baigner. Je vais dans la salle de bain enfiler un maillot sous mes vêtements. Pendant ce temps, je demande à Vadim: "Alors, ta colle s'est bien passée, jeune délinquant?"


Je reviens dans la chambre, je suis prête. "On y va?" Je lui demandes en souriant.

Je suis à fond maintenant, je crois que finalement ça sera une bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   Jeu 23 Jan - 9:00

Lana finit enfin par sortir de la salle de bain vêtue d'un tee-shirt et d'un jean. C'est une tenue pratique et tout à fait passe-partout. Je suis content qu'elle ne se soit pas habillé trop élégamment. Alors que Sacha veut lui parler, elle me fait de grands signes négatifs en me désignant sa gorge. Ben oui, si elle lui parlait, il comprendrait tout de suite que quelque chose ne va pas ! Je me débrouilles pour le rembarrer vite fait, histoire qu'il ne s'inquiète pas trop. Avec un môme qui a une si grande confiance en la moindre de mes paroles : c'est un exercice plutôt aisé. Je finis par raccrocher. " Si on allait déjeuner au lac ? " Au lac ? De mauvais souvenirs remontent peu à peu. C'est là-bas que la marquise m'a rejeté. Je ... n'ai pas très envie de revoir cet endroit. Mais Lana a l'air d'insister. " Je ne sais pas trop... si tu y tiens... " Elle me sourit et prend un sac pour y mettre une serviette et tout le nécessaire pour une baignade. Alex ne reviendra pas de ci-tôt... Mais s'il nous trouvait au lac, avec Lana en maillot de bain : je ne donne pas chère de sa peau. M'enfin... J'essaye de penser à des choses plus positive. Un lac, le soleil, l'eau fraîche... une baignade pourra peut-être me changer les idées ? Je suis là pour la protéger après tout... Non ?

Elle est dans la salle de bain de nouveau et me demande de sa voix éraillée mais joyeuse. " Alors, ta colle s'est bien passée, jeune délinquant ? " Cette appelation me fait un peu rire. Je veux penser à autre chose. " C'est une colle : forcément que ça s'est mal passé ! " Je me reprends, oublie un instant le lac qui nous attend. "Ils m'ont fait avaler plein de cours, j'ai cru que je n'allais pas y survivre... J'ai au moins pu rembarrer un surveillant, donc je n'ai pas perdu ma journée. " Être sociable... ne pas redevenir le sal**d qui a dit toutes ses horreurs à Cierra sous le coup de la colère... Pourvu que ma bosse ne refasse pas de dégâts... Elle ressort, fin prête. " " On y va ? " J'essaye de lui sourire. C'est un exercice plus difficile que prévu. " Oui, laisse-moi passer dans ma chambre. J'ai d'autres trucs à prendre. " Je suis réellement ébranler par sa proposition. Pourquoi fallait-il qu'elle choisisse elle aussi le lac ? Pourquoi est-ce qu'une autre fille veut y aller avec moi ? Je crois que ce lac est maudit. Je ne pressens rien de bon.

Elle m'accompagne dans ma chambre et voit bien que je ne me sens pas très bien. J'ouvre la porte avec les clés qui dépasse de ma poche et vais dans mon armoire pour en sortir mon sac de sport. Une serviette... Mon portable... Le pique-nique... Je ne réfléchis plus vraiment. Elle me demande si je vais bien. " Oui ne t'en fais pas. " Je déglutis. Sale menteur. Comment ça pourrait aller ? J'essaye de prendre sur moi. Cet incident est déjà arrivé il y a plusieurs semaines. Je devrais me reprendre. Elle insisite. J'essaye de la rassurer. " C'est juste que ... j'ai peur qu'Alex et ses potes reviennent. J'ai peur que tu sois de nouveau étrangler. Je ne sais pas si cette fois : je serais assez fort pour les repousser, surtout loin de Nobilia. " Je suis réellement inquiet. Moins pour elle que pour moi-même en fait. J'ai peur de ce que je pourrais faire. De ce qui pourrait arriver. Peur que tout se brise de nouveau. Je la regarde, intensément, peut-être comme jamais je n'ai pu communiquer mon inquiètude à quelqu'un. Puis je lâche mon sac. Et je la prends dans mes bras. Des larmes coulent malgré moi. Je ne comprends vraiment pas ce qui m'arrive.

" Lana. N'allons pas au lac. Pas aujourd'hui. Je ... je ne le sens pas. " Peut-être se contentera-t-elle de mon explication. Peut-être qu'elle imaginera que j'ai raison. Ou alors elle n'en fera qu'à sa tête. Je la suivrais : je tiens à elle et ses envies. Mais j'ai peur des mauvais souvenirs qui m'ont brisé et m'empêche chaque soir de dormir. " Le gymnase me semblait une bonne solution. On pourrait y pique-niquer tranquille : le dimanche il n'y a pas d'activité là-bas. Et derrière, près du terrain de foot, il y a un grand espace d'herbe où nous pourrions nous reposer. " Je tente. Mes larmes ne sont plus. Je me reprends. J'essaye de la convaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   Jeu 23 Jan - 15:14

" C'est une colle : forcément que ça s'est mal passé ! Ils m'ont fait avaler plein de cours, j'ai cru que je n'allais pas y survivre... J'ai au moins pu rembarrer un surveillant, donc je n'ai pas perdu ma journée. " Sa réponse ne m'étonne pas, mais en même temps, elle me surprend.

"C'est drôle, justement, pendant toutes mes colles, à chaque fois je m'amusais comme une folle! Tu m'aurais vue à l'époque, une vraie dévergondée! J'étais collée au moins trois fois par mois! On y va?"

" Oui, laisse-moi passer dans ma chambre. J'ai d'autres trucs à prendre. " Depuis quelques minutes, je vois le visage de Vadim se décomposer. Je n'aime pas ça du tout, j'ai l'impression qu'il ne va pas bien. Le voir comme ça me fait comme si mes intestins se tordait, non, je n'aimes pas le voir comme ça.  Ses yeux sont un peu perdus dans le vague, et sa voix est blanche. Lorsqu'il sourit, je vois bien qu'il ne s'agit que d'un masque, et puis je reconnais mon expression si fausse, d'après l'incident avec Alex, quand je mentais pour ne pas inquiéter ma famille. Ça me ronges de voir Vadim dans cet état.

"Vadim... Tu es sûr que ça va?" je dis en lui prenant la main.
" Oui ne t'en fais pas. "
C'est ça oui. Ne crois pas que je vais gober ça! Je connais trop bien ce mensonge, Vadim. Je fronce les sourcils d'un air réprobateur.
" C'est juste que ... j'ai peur qu'Alex et ses potes reviennent. J'ai peur que tu sois de nouveau étrangler. Je ne sais pas si cette fois : je serais assez fort pour les repousser, surtout loin de Nobilia. "
Huuuuuuummmmmm... Nan. Nan nan nan nan, mon p'tit gars, nan nan nan. Je sais qu'il y a autre chose.
Le voir dans cet état m'insupporte, je vois bien qu'il souffre intérieurement et ça me déchire.
Vadim plonge ses yeux dans les miens. Je vois tant  de choses dans son regard... La peur, une nostalgie douloureuse, l'angoisse, l'inquiétude. Et de la souffrance. Voir Vadim comme ça me fait perdre tous mes moyens, je donnerais tout pour qu'il cesse de souffrir ainsi.
Boum, son sac tombe par terre. Et puis il me prend dans ses bras. Il pleure. Sa tête repose sur mon épaule, il me rappelle Sacha, quand il avait pleuré parce qu'il ne voulait pas que je partes, c'était déchirant. Et en ce moment je ressens exactement la même chose.
Je laisse Vadim pleurer, parfois cela soulage, et pendant ce temps je lui caresse les cheveux, en silence. Je le serre aussi dans mes bras.
"Je suis là... Je reste avec toi..."
Peu à peu il s'apaise. Il se reprend, et relève la tête, les yeux rougis.
" Lana. N'allons pas au lac. Pas aujourd'hui. Je ... je ne le sens pas. Le gymnase me semblait une bonne solution. On pourrait y pique-niquer tranquille : le dimanche il n'y a pas d'activité là-bas. Et derrière, près du terrain de foot, il y a un grand espace d'herbe où nous pourrions nous reposer. "
Il semble vraiment ébranlé, fragilisé, comme si sa carapace venait de se briser.
"Bien sûr! C'est comme tu veux! Allons au gymnase alors. Ce sera très bien, j'en suis sûre."
Je lui souris, je suis soulagée qu'il semble aller un peu mieux. Je n'aime vraiment pas voir les gens que j'aime dans cet état. Vraiment pas.
Il semble soulagé par ma réponse. Je ne sais pas quelle est la raison de cette soudaine fragilité, mais cela semble être quelque chose de plus profond que ce qu'il m'a dit. Mais je ne vais pas chercher à le questionner. S'il désire m'en parler je suis prête à l'écouter, mais si il préfère que cela reste secret, je respecte ton choix. Moi aussi je déteste qu'on tente de s'immiscer dans mon intimité contre mon gré.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   Jeu 23 Jan - 21:20

" Bien sûr! C'est comme tu veux! Allons au gymnase alors. Ce sera très bien, j'en suis sûre. " Ouah ! Je suis tellement soulagé qu'elle accepte ! Je pensais pouvoir prendre sur moi mais je pense que l'exercice est un peu prématuré. Je suis encore... un peu fragile. Même si ça me fait mal au cœur de l'admettre. Cette fille a tout fait explosé alors que je commençais à peine à refaire confiance. Je ne veux pas que Lana en subisse les conséquences. Ce serait trop injuste pour elle. C'est elle qui a besoin de mon aide... pas vrai ? " Merci Lana. " Je retrouve un mince sourire sincère. Je pense à ce qui nous attend et j'ai hâte de voir comment elle va supporter l'entraînement que je lui ai réservé. " Allons y alors ? " Nous nous mettons en route joyeusement vers le gymnase.

Clique-là pour la suite !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE] PV VADIM - Après l'hôpital

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jean-Baptiste rentre à l'hôtel après l'hôpital (PV Djamila)
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Hôpital de l'Universite d'Etat d'Haiti : état des lieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noble Academy :: Le petit coin de détente :: Les archives :: Les vieux RPG :: RP terminés-