Partagez | .
 

 Et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. [Alice ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

MessageSujet: Et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. [Alice ♥]   Lun 17 Fév - 8:11




bénédicte roussel
« Ah tu vois comme tout se mêle, et du cœur à tes lèvres je deviens un casse-tête. Ton rire me crie de te lâcher, avant de perdre prise et d'abandonner. »
Ce n'était sans doute qu'un prétexte, mais Bénédicte était encore à l'infirmerie. Pour cause, une bagarre, tout simplement. Elle se battait souvent, ne gagnait pas forcément, et se retrouvait finalement ici, dans cette pièce sinistre. Elle s'était pris un coup dans la face, mais faisait passer cela pour une chute auprès de l'infirmière anxieuse. Elle y ressortit avec une petite compresse au niveau de la joue, ainsi qu'un bandage au poignet, apparemment victime lui aussi de la "chute". Avant de refermer la porte derrière elle, Bénédicte remercia la femme qui venait de prendre soin de ses blessures, comme elle le faisait habituellement. Claquant la porte par la suite, elle s'arrêta de respirer, s'appuyant contre la porte qu'elle venait de refermer, tenant sa bouche fermement. S'essuyant le front d'un coup de manche, elle reprit ses esprits calmement. Elle portait aujourd'hui l'uniforme unique de l'établissement et venait de rater une journée complète de cours, une nouvelle fois. Cependant l'administration ne s'inquiétait pas tant que ça, visiblement trop occupée à envoyer du courrier à ses parents pour les prévenir que leur fille séchait éventuellement les cours. Elle ne possédait aucun retard dans les cours, et pourtant, il fallait que tout ceci cesse. C'était le bordel total dans son esprit, non physiquement car elle se sentait bien malgré les blessures, c'était surtout mentalement. Elle se sentait comme perdue, déboussolée ne sachant que faire de sa viande.

La fin d'après-midi approchée, et Bénédicte venait d'être appelée chez le directeur. Elle se bougeait enfin le derrière ? Avait-elle compris qu'elle voulait partir loin de tout ça ? Pour quelle raison était-elle appelée ? Non pas pour la virer, mais pour tout autre chose. En effet, frappant trois fois contre la porte en bois ciré, une voix aiguë accepta la demande d'une simple affirmation, elle-même assise derrière son bureau. Elle faisait part d'une prestance que bizarrement, Bénédicte respectait. Après un dialogue court, mais efficace, notre élève repartie ayant une mission des plus débiles qui soit. Elle devait accueillir une nouvelle élève, ainsi que lui faire faire le tour de l'établissement. Pourquoi elle sérieux, elle n'avait pas assez d’emmerdes comme ça ? Frottant gravement ses pieds contre le sol à chaque pas de sa part, elle soupirait sèchement toutes les 30 secondes. Encore une bourge, encore une pouffiasse qui allait passer par tous les noms d'oiseaux s'il le fallait. Bénédicte la détestait déjà.

Arrivée au grand Hall, elle attendait la demoiselle en personne, l'air de rien. Elle ne comptait pas lui parler, à part pour lui envoyer des bouffonneries, et encore. Est-ce qu'elle en valait la peine au moins. C'était une bourgeoise, une de plus, d'après la directrice. Bénédicte n'allait certainement pas l'accueillir comme elle le devait, c'était certain. Sans la moindre hésitation, après avoir entendu des bruits de pas venant de la grande porte d'entrée, elle tourna la tête, et resta à fixer la "Alice" en personne, bouche ouverte. Après mûre réflexion, elle retourna son visage, yeux écarquillés, puis racla sa gorge avant de revenir sur son point fixe. C'est moi qui m'occupe de ta visite, bienvenue dans l'académie, princesse. Elle ne comprenait pas vraiment sa propre réaction, mais ce qui était sûr, c'est que la personne en face d'elle avait éveillé mille et une interrogations vis-à-vis de Bénédicte pour une raison encore inconnue. Elle resserra son chignon qui se barrait en mille-feuilles, et invita Alice à la rejoindre, sans pour autant lui accorder une quelconque importance. Quoiqu'elle soit "mignonne", ou même, quoi que ce soit, non Bénédicte n'allait pas se laisser berner.  


Dernière édition par Bénédicte ROUSSEL le Dim 23 Fév - 9:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. [Alice ♥]   Jeu 20 Fév - 21:47

Le jour était finalement arrivé. Ma garde à vue était terminée et j’allais enfin pouvoir reprendre un semblant de vie normale. Ces flics, tous des imbéciles et des pervers ! Enfin, j’en suis sorti et c’est le principal. Pour une fois, je pense que je pouvais remercier mille fois ma famille. Sans eux, j’aurais bien plus finir en prison quand j’y repense. Ce n’est pas passé loin. Mais bon… ils ne veulent plus de moi à présent et ont décidé de m’envoyer dans une école où je n’aurais aucun souci à priori. Mais, j’étais loin de me douter au départ que je finirais à la Noble Academy ! Ça, c’était vraiment la classe n’empêche. Au moins là-bas, on nous enseignera peut-être des choses contrairement à mon précèdent lycée.

Mon chauffeur m’y conduisit en cours d’année. C’était un mec cool avec qui je m’entendais bien. C’est même lui qui m’a appris à conduire. Normalement, une fille de mon rang n’est pas sensé savoir conduire. Tch ! Ça ne m’a pas empêché de traverser la frontière entre l’Allemagne et la France pour me rendre à l’école qui m’en a empêché. Certes, je n’avais pas le permis, mais bon, il faut bien que mon rang serve à quelque chose de temps à autres si vous voyez ce que je veux dire… la police Française… Mon dieu ! Bref, là je m’égards. Arrivée sur place, je descendis de la voiture en même temps que mon chauffeur. Ce dernier descendit mes bagages alors que je contemplais pleinement l’école en question en lâchant un sifflement.

« Et bien ! Ce n’est pas de la petite école ! »

Le seul bagage que je récupérai fut mon sac à dos que je glissai sur ma veste en cuir rouge. Pour une fois, j’ai décidée de me faire discrète. Sous ma veste, je portais une chemise à carreaux rouge et blanc… C’était un peu limite au niveau de la poitrine, je dois le reconnaitre. Les boutons tenaient par je ne sais quel miracle mais bon. Sinon, avec cela, je portais un jean slim gris neuf et une paire de Converses rouges aux pieds. Quoi ? C’est très discret, si si… Vous préférez la chemise déboutonné jusqu’au soutif et le shorty ? Bon, alors shut !

Mon chauffeur portait mes bagages, mais pour le remercier de m’avoir laissé conduire, je voulus l’aider à monter mes affaires. Cependant, il me rappela que quelqu’un devait me faire la visite ce jour-là afin que je ne sois pas trop dépaysée… Je soupirai en me rappelant que, même-ci cette école avait une renommée internationale, elle était également la plus snobe d’Europe.

On se sépara à ce moment-là. Lui prit la direction de l’internat et moi, je pris la direction du hall. Sur le chemin, je sortis un paquet de Malboro dans lequel j’avais remplacé les cigarettes par des sucettes… Non, je n’ai pas arrêté de fumer pour autant, j’essaye juste de donner bonne impression, je le répète ! Je me glissai alors une sucette parfum cola dans la bouche et c’est en tournant cette dernière sur ma langue et en rangeant le paquet que, contrairement à toute attente, j’aperçu une jeune femme, plutôt mignonne, qui s’approcha de moi. Durant un instant, je crus me voir dans un miroir. Elle avait des traces de sangs sous le nez et des hématomes aux poignets, comme-ci elle s’était battue… J’allais peut-être finalement rencontrer des personnes intéressantes dans ce bahut ! Mais, la manière dont elle me parla jeta un froids et je me figeai instantanément. « Euuuh… » Fut une époque, cela m’aurait fait plaisir mais… je n’étais plus une enfant de six ans ! J’ai appris durement mais surement que j’étais tout sauf une princesse qui attends son prince charmant. C’était sympa de sa part que de me faire visiter cet endroit, mais dans ce cas, autant mettre gentiment les choses sur la table. Je la rejoignis alors et lui dit, un peu gênée tout de même et avec un léger accent Allemand :

« Oula… Ecoutes, merci de me faire visité les lieux mais, sois sympa, appelles moi par mon prénom car je suis tout sauf une princesse. Je m’appelle Alice. Ça ne sert à rien que je te dise mon nom de famille, il est imprononçable alors… »

Je ne pouvais pas être plus aimable… Surtout que, d’après la plupart des Français, notre accent donne un effet rude à nos paroles mais ça, on y peut rien car tel est la langue. Enfin, si je ne pouvais me montrer sympathique par la parole, autant le faire par le geste. Je sortis alors mon paquet de cigarette et l’ouvrit, montrant à ma guide son contenue tout en la contemplant elle… La première chose que je vis, c’était ses yeux bleus, tout simplement magnifique. On se noierait presque dedans. Elle était plus petite que moi, presque une tête. Son corps n’avait rien d’exceptionnel mais elle était loin d’être repoussante, oh que non ! J’aimais bien son style aussi. On s’entendrait bien toutes les deux rien que pour ça. Oh et ses piercings ! Je n’ai jamais pensé à essayer !... Enfin, je m’égards encore.

« Tiens, sers toi je t’en prie. Vue que nous devons partager un moment ensemble, autant faire un minimum connaissance ! Comment t’appelles-tu ? »

J’avais une chance sur deux… Rien qu’à voir son style, ou l’on s’entendrait à merveille toutes les deux, ou l’on ne pourrait pas se supporter et la visite se finirait surement mal. Enfin, pas que je n’aime pas les bonnes bagarres, mais si je pouvais au moins me faire une bonne connaissance dès le premier jour (surtout une aussi mignonne), ce serait le pied !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. [Alice ♥]   Dim 23 Fév - 9:43




bénédicte roussel
« Ah tu vois comme tout se mêle, et du cœur à tes lèvres je deviens un casse-tête. Ton rire me crie de te lâcher, avant de perdre prise et d'abandonner. »
Appuyée contre le mur du hall les bras finalement croisés, c'est ce qu'on pouvait appeler un accueil pas très chaleureux. En effet, elle se montrait assez réticente envers elle par rapport à son rang, clairement et simplement. Remarquant du coin de l’œil cependant le look déganté que celle-ci portait, c'était à se demander si ce n'était pas pour se foutre de la gueule des prolétaires, ou si c'était vraiment son style vestimentaire. Oula… Écoutes, merci de me faire visiter les lieux mais, sois sympa, appelle moi par mon prénom car je suis tout sauf une princesse. Je m’appelle Alice. Ça ne sert à rien que je te dise mon nom de famille, il est imprononçable alors… Reculant du mur auquel elle s'était adossée, elle s'exprima sans laisser son interlocutrice terminer sa maudite phrase. Dans ce cas j'accepte si tu m'accompagnes vite fait fumer une clope à l'extérieur avant de faire ta visite guidée. Ça marche ? Je t'en paye une, s'tu veux. Oh mon Dieu. Que s'était-il passé ? Personne ne pouvait comprendre le comportement de Bénédicte. Pourquoi devenait-elle aussi gentille avec une fille pareille, sachant en plus son rang ? Parce que c'était tel son miroir. Comme une amie de longue date. Bizarrement, elle ne se sentait pas menacée, quelle étrange sensation. C'est alors après avoir sorti son propre paquet de cigarettes où celui-ci était, contrairement au précédent, rempli de vraies bonnes camels. C'est en tendant à son tour le paquet en carton qu'elle sourit officiellement à la demoiselle en face. Je trouve que princesse ça te va mieux, tout de même... En vérité c'était juste histoire de l'emmerder un peu, amicalement bien entendu.

S'avançant vers la porte, Bénédicte plaça une clope à sa bouche allumant le foyer après s'être installée à l'extérieur. Elle observait alors les nuages jusqu'à se retourner vers Alice, cheveux au vent. Moi c'est Bénédicte. Dit-elle, toujours souriante. Pour une raison quelconque, elle l'aimait bien. Tirant des longues bouffées sur sa cigarette, crachant par la suite sa fumée dans les airs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. [Alice ♥]   Mer 5 Mar - 19:22

C’est vraiment une rencontre fortuite ! Comme-ci cette fille et moi nous étions faites pour nous entendre !... Ou nous engueulé aussi. Mais ça, mieux vaut ne pas y penser. En tout cas, nous étions bien partit pour nous entendre. Surtout qu’elle me fit alors une proposition un peu trop alléchante. Si j’avais sue, ce ne serait pas des sucettes que j’aurais mise dans mon paquet de cigarette. Bon sang, mais elle est vraiment du lycée cette fille ? Moi qui m’attendais à voir des princesses en robes et avec des airs autant, j’ai l’impression d’avoir croisé mon double ! Etrangement, à sa place, j’aurais réagi de la même manière en sachant que j’allais accueillir une marquise étrangère… Peut-être pense-t-elle la même chose que moi sur cette stupidité des rangs et des classes sociales ?...

Elle me tendit alors son paquet de Camels, une marque qui me rappelait mes débuts. J’en pris une en la remerciant avant de la mettre dans ma bouche et de l’allumer en suivant ma nouvelle amie. L’arôme piquant de la fumée tirant sur un léger gout vanille m’ampli la bouche alors que je recrachai ma bouffée à l’extérieur. Le faite qu’elle me dise qu’elle préférait m’appeler princesse me fit tirer un sourire. Tactiquement, je ne lui répondis pas. J’attendais le bon moment pour contre attaqué.

« Zum kuckuck (bon sang !) ! Ça faisait vraiment un bail que je n’avais pas fumé une Camel ! Je préfère quand même la Malboro, plus de gout ! J’en ais dans mon sac, dans ma chambre. Si tu veux, je te ferais gouter.»

Je me tournai alors vers mon interlocutrice et l’observa. Il fallait reconnaitre que… sa peau légèrement teintée, son sourire et ses cheveux aux vents la rendait vraiment sublime. Elle n’était pas seulement charmante, mais aussi très mignonne. Bien qu’elle n’ait rien d’exceptionnelle, elle avait tout de même un certain charme qui la rendait vraiment désirable. Bénédicte…

« Enchantée Bénédicte ! Toi tu es vraiment quelqu’un de cool… Moi qui pensais que j’allais tomber que sur des princesses qui s’inquiète pour leurs ongles et leurs cheveux plus que pour le reste… Pour une fois que je suis heureuse de me tromper ! »

Je remis la cigarette dans ma bouche et ferma les yeux, profitant du soleil sur mon visage et respirant doucement la fumée, comme-ci c’était une chose naturelle pour moi. Après avoir profité un instant de ce délicat instant, je me tournai vers mon interlocutrice et remarqua alors qu’elle avait quelques hématomes par-ci par-là. Je lui demandai alors :

« Tu n’as pas l’air du genre à aimer les cul-pincer toi aussi… Pourquoi es que tu es venue dans cette école en sachant qu’il y en aurait plein ? Surtout que, à ce que je vois… » Je désignai d’un regard ses bleus et blessures apparentes. « … tu aimes prendre des risques. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. [Alice ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Et du cœur à tes lèvres, je deviens un casse-tête. [Alice ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» madison (+) et du coeur à tes lèvres, je deviens un casse-tête.
» Un goût de sel sur les lèvres [message unique]
» Stefan Jake Williams ► « J'aimerais être une cigarette pour naître au creux de tes mains, vivre sur tes lèvres et mourir à tes pieds. »
» (Shaïn) ✖ la trahison laisse un goût amer sur les lèvres.
» Une taffe, une taffe ! [Turner]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noble Academy :: Le petit coin de détente :: Les archives :: Les vieux RPG :: RP abandonnés-