Partagez | .
 

 [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
avatar

MessageSujet: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Mar 4 Mar - 18:58

Parmi tous les jours que je préfère à l’académie, mes préférés sont sans doute les weekends. Les couloirs sont vides. Une grande partie des élèves sont chez eux et les autres en vadrouilles dans la ville, surtout lorsque le soleil pointe son nez comme aujourd’hui. Dans des moments comme cela, j’aime bien me placer dans un coin de couloir et je lis tranquillement un manga.

Ce jour-là, j’étais en train de lire le tome 11 de mon manga préféré : Society Chronicles. Chaque jour, j’en reçois un nouveau de la part de notre vendeur attitré à Münch. Comme quoi, ça a des avantages d’être marquise de Bavière non ? Enfin… Ce manga-là,  je préférais le lire en étant seule pour une raison simple : C’est un pur Yuri avec quelques scènes quelques peu osées. Mais, si l’on retire cela, il s’agit en réalité de l’histoire de deux jeunes femmes folles amoureuses que tout oppose. L’une est riche, l’autre pauvre et toutes deux rencontres en plus des difficultés par rapport à la société homophobe qui les renies. Une histoire tout bonnement dramatique qui, lorsque je la lis, fais ressortir en moi cet air tendre que j’oublie trop souvent. Je me dis que, même dans les cas les plus désespérer, nous autres, lesbiennes, nous arrivons toujours à triompher des préjuger tant notre amour est puissant.

Enfin, il commençait à se faire tard. Il était donc tant de rentrer avant que quelques élèves me tombent dessus par hasard. Je levai donc mes fesses du sol froid du couloir et commença à marcher tout en lisant, en direction de ma chambre. Non, impossible de décroché les yeux de ma lecture. C’était bien trop passionnant… Et j’en payai rapidement le prix.

Mon pied heurta soudain quelque chose qui me fit trébucher… Par reflexe, mon livre me glissa des mains et je lâchai un petit crie aigue avant de me fracasser contre le sol, les bras en avant pour amortir la chute. Evidemment, les coudes avaient tout pris. La douleur n’était pas trop importante, mais elle me fit quand même lâcher une petite grimace. Je me retournai alors et observa mon obstacle : Il s’agissait d’un jeune homme aux cheveux platines qui s’était étendu au milieu du couloir. Je l’avais déjà vue une fois. Un tombeur ! Il lui suffit d’un sourire pour que toutes les filles lui sautent au cou. Tch ! Exactement le genre de mec que je ne supporte pas ou, comme je me plais à les surnommé, une concurrence déloyale !

Mais, ce n’était pas le pire, loin de là ! Avec stupeur, je me rendis compte que le livre lui était tombé sur le visage, ouvert et, rien qu’a voir sa tête, il ne m’en fallu pas plus pour comprendre qu’il était tombé pile sur l’une des scènes les plus chaudes de ce manga. Celle où Kanaeko fait « la chose » avec Naoko  dans la salle de bain. Sans réfléchir, je lacha :

„Scheise ! Gib mir das verdammte buch, meinen Arsch blond!”

J’espère sincèrement qu’il ne comprend pas l’allemand… Je ne vais pas m’amuser à vous traduire cela, même-ci j’aurais pu sans doute être encore plus méchante. En tout cas, sur cette phrase, je lui arrachai le livre des mains et le plaqua contre ma poitrine… Mince, j’avais les joues rouges pivoines. Je me fiche que l’on sache que je sois lesbienne… ou du moins que j’apprécie les pratiques du yuri… enfin… vous voyez ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Mar 4 Mar - 21:31


Me voilà, enfin seul. Qu'est-ce que ce mot sonne bien "solitude" mon plus grand ami. Entre Lana qui veut que je l'accompagne partout et mes compagnons forcés de chambres, je ne peux plus être seul en ce moment. Et ça commence sérieusement à me déprimer. Heureusement que Lana est partie ce week-end voir une amie parce que sinon je pense que j'aurais franchement été désagréable avec elle. Je l'adore, là n'est pas la question. Simplement : j'ai besoin d'être seul. C'est comme ça. Et particulièrement en ce moment. Ma mère s'inquiète pour moi et je dois l'appeler tous les jours, en faisant attention aux trois heures de décalage pour la rassurer. C'est vraiment pénible toutes ses filles qui s'inquiètent pour rien. M'enfin, c'est ma mère. Je ne peux rien lui refuser. Si jamais j'oublie de l'appeler ce serait encore pire. Tiens, y'a personne dans le coin. Je suis déjà venu par ici pour gratter un peu. Mais depuis qu'on a confisqué ma guitare, je déprime encore plus. Au moins personne n'aura l'idée de venir vagabonder dans les couloirs un samedi après-midi. Surtout avec ce temps là. Je pense que j'ai trouvé une bonne planque pour une fois.

Comme je dors peu en ce moment, j'ai du m'assoupir, encore une fois, plus vite que mon ombre. Je voulais lire mais j'ai laissé mon magazine enroulée dans ma poche de jeans. Le sommeil m'a emporté dès que je me suis assis sur le carrelage. Le froid ne me dérange nullement. Au contraire même. Dormir parterre est une vieille habitude chez moi. Oui c'est crade, oui c'est nul mais ça m'arrive souvent : c'est tout. Surtout quand j'ai bu un peu de vodka. Mais j'y touche plus là. Il fait pas encore assez froid. Pour une fois que je n'ai pas pensé à Cierra durant mon sommeil... il a quand même fallu qu'on vienne me faire ch**r alors qu'enfin, je pouvais être un peu tranquille ! C'est un coup dans le ventre qui m'a coupé le souffle, qui a réussi à me réveiller. Un peu brutale, me direz-vous. Mais vu le poids qui est tombé juste après, j'ai rapidement pu en déduire que j'ai fait tombé quelqu'un. A peine je me redresse pour voir ce qui se passe que quelque chose m'atterrit sur la tronche.

Je grogne comme un ours tandis que je m'apprête à retirer cette horreur de mon visage. C'est un livre, je peux sentir les pages. Intéressant. Je l'éloigne doucement pour voir à quelle page il a bien pu s'ouvrir. Ma réaction est immédiate. Je deviens rouge pivoine, sans pouvoir détourner mon regard du dessin. C'est un manga... un peu spécial apparemment. Ce sont ... deux filles ?! Pourquoi est-ce qu'elle ... Raaah ! Même ma pensée est totalement bloquée ! Qu'est-ce que c'est que cette chose ? Je vois alors la personne qui s'est retrouvé parterre en trébuchant sur moi : une fille. Une de plus. C'est pas possible, comme elles peuvent toutes me pourrir la vie en ce moment ! Je dois avouer qu'elle m'a l'air bien différente quand même. Ses cheveux, ses yeux, son corps, son look... rien n'a l'air banale chez elle. Et le pire, c'est quand elle s'est mise à parler. " Scheise ! Gib mir das verdammte buch, meinen Arsch blond ! " Je la regarde... comme si elle avait un deuxième nez qui venait de lui pousser sur le front. Elle me parle en quelle langue là ? Elle m'arrache aussitôt le livre des mains et je continue de la fixer comme un abru**. Je peux voir la couverture du livre...  qu'elle sert contre sa poitrine et je la vois qui rougit... tout comme moi.

Vu l'endroit où est placé le livre, je détourne mon regard et me lève aussitôt, pour avoir un autre point de vue. " Морон ! Сука ! Я не половая тряпка ! [Moron ! Suka ! Ya ne polovaya tryapka !] " Jurer en russe me fait un peu de bien. Désolé pour l'alphabet cyrillique, je ne sais pas le retranscrire autrement, peut-être que la prononciation pourra vous aider. " Tu vois, si on se laisse tous aller, plus personne ne se comprendra ! " Je garde un air mauvais, je ne suis pas encore bien réveillé. Je me gratte rapidement la tête, avant de réajuster un peu ma chemise entre-ouverte. Je m'interromps, voyant ses coudes un peu égratigné. Je les désigne, un peu inquiet. " Tu ne t'es pas fait mal au moins ? " Elle a pas l'air frêle, je pense qu'elle n'a rien mais ça fait toujours un sujet qui réussit à effacer l'embarras de mes joues. J'essaye de me décontracter, de lui montrer que je ne suis pas un ours. Du moins, en apparence. Pour une fois Vadim, montre donc que tu es bien élevé. " Pardon de t'avoir fait tomber. Je suis Vadim Miloslav, fils d'un vicomte français et d'une mère russe. Je ne t'ai jamais croisé par ici. Tu es nouvelle ? " A la base, c'est moi le nouveau débarqué en première en aillant fait ma seconde en Russie. Mais je suis tout de même là depuis la rentrée. J'affiche un petit sourire, essayant de cacher mon embarras. Je progresse dans l'art de la "communication".

Je suis plutôt fier de moi. Ne pas m'énerver alors que c'est elle qui n'a pas regardé où elle mettait les pieds... Je remballe aussitôt ma pensée. Pense à sourire, Vadim. C'est bien, de sourire. Elle a vraiment l'air... différente des autres. Je ne saurais l'expliquer. Déjà quelqu'un qui aime lire, c'est forcément quelqu'un de bien. Après, elle est étrangère comme moi. Finalement, je vais p'têt nous trouver d'autres points communs ? Mais c'est un peu étrange. J'ai l'impression qu'il suffirait de pas grand-chose pour faire pencher la balance et nous énerver tous les deux. Ce n'est qu'un pressentiment je pense. Dans tous les cas, si ça se passe aussi mal qu'avec Bénédicte, je pourrais me réfugier derrière le même bouclier : je suis un anti-social non ? Qui pourrait croire que je suis en train de faire gentiment connaissance avec une fille ? Je suis parfaitement diabolique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Lun 10 Mar - 22:04

Cela faisait bien longtemps que je ne m’étais pas sentit aussi embarrassée à vrai dire… Au point de lancer ainsi de tels jurons, hum… Au moins deux ans. Ce n’est pas dans mes habitudes d’être embarrasser lorsque je suis en train de lire un manga Yuri. Mais là, c’était vraiment mal vu et je me suis juré d’éviter les problèmes et les remarques déplacées. Il fallait que ça continue ainsi… même-ci c’était mal partit. Même pas une semaine que je suis là et déjà je me fais prendre par l’un des garçons les plus populaires de l’académie. Tch…

Son attitude me surpris, néanmoins ! Il se leva soudainement et se mit à me gueuler dessus dans un langage que je ne connaissais pas. Je sais bien parler l’Espagnole, le Français et l’Allemand tout en possédant pas mal de notions d’Italien, de Japonais et de Néerlandais. Si je devais deviner à l’intonation, on aurait dit du Russe mais je n’étais vraiment pas sûr. En tout cas, il m’avait mouché ! J’étais là, bouche bée, à l’observer, lui et son air des mauvais jours. Sans doute était-il en train de dormir après tout ? Mais ce serait vraiment un drôle de lieu pour faire une sieste. Il m’expliqua alors qu’il cherchait surtout à me faire bien comprendre que je ne devais essayer de maitriser mes propos. Euh… plus facile à dire qu’à faire dans mon cas. Il n’est pas dans mes habitudes de tourner autour du pot avant de balancer clairement à la figure de quelqu’un ce que je pense réellement de lui… J’aurais pu le dire en Français, c’est vrai mais, quand vous êtes habituer à parler un langage depuis votre plus tendre enfance, il est toujours difficile de changé et de conserver ce même langage.

Enfin, alors qu’il réajustait sa chemise, je rangeai mon livre dans ma poche arrière droite et réajusta ma chemise qui donnait une vue un peu trop plongeante sur ma poitrine. Même-ci il était souvent amusant de voir les hommes plonger leur regard avec envie dans mon décoller (surtout en sachant qu’ils n’y auront jamais accès ♥), mais il ne faut pas pousser non plus. Il désigna alors mes coudes en faisant mine de s’inquiéter pour moi. Mais pour qui il me prend sérieux ? Je ne suis pas une petite princesse chétive ! Ou alors, il cherche à me draguer… Sale playboy de mes fesses ! Non, non Alice. Restes zen. N’oublies pas que tu dois montrer le meilleur de toi-même. Je répondis alors sans pour autant caché mon air agacé.

« Je te remercie, mais je ne suis pas une princesse fragile et chétive… »

Comme ça, c’était clair ! J’aurais pu être plus méchante mais, il ne semblait pas être partit non plus d’une mauvaise attention, alors je vais essayer de faire des efforts. Moins j’aurais d’ennemi dans ce bahut, mieux se sera à l’avenir. Il s’excusa alors comme un garçon bien élevé et se présenta. Fils d’un Vicomte, rien que ça, et d’une mère russe… alors, c’était bien en Russe qu’il avait parlé à l’instant ! Trop forte ! Enfin, il n’était pas si bête que ça pour un playboy blondinet. Et en plus de cela, j’avais droit à un sourire. Bon, je ne sais toujours pas s’il me drague ou non mais au moins, il était sympa. Ce serait stupide de ma part que de me conduire mal avec lui. Je lui répondis alors, souriant légèrement.

« Enchantée. Je m’appelle Alice. J’ai bien un nom de famille, mais c’est imprononçable. Puis-ce que tu m’as présenté ton statue, saches que je suis officiellement Marquise de Bavière mais ici, je suis reconnue comme étant une simple bourgeoise… » Je lâchai un long soupire. « Et sérieusement, je m’en contrefout des statues… A part à se sentir supérieur aux autres, ça ne sert à rien. Au final, nous ne sommes pas différents. » Sentant que je m’égarais, je lui demandais alors « D’ailleurs, je peux savoir ce que tu foutais par terre ? Tu devrais ne pas plutôt être dehors et draguer les filles comme tous les beaux gosses dans ton genre ? »

Je dois avouer que cette dernière phrase m’a échappé. Je l’avais exprimé sur un ton plutôt péjoratif. Disons que je ne cachais pas le faite que je déteste ce genre de garçon. Il était trop difficile pour moi de le caché, ce n’était pas dans mes habitudes. Je suis persuadé qu’avec ce genre de phénomène, la rumeur comme quoi je lis des mangas Yuri sera rapidement dispersé dans l’académie… Je ne voulais pas revivre mes années de collèges, plutôt crevé. Je ne laisserais personne ruiner ma réputation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Mar 11 Mar - 18:00


Je pense que la méthode "reste zen et sois gentil" fonctionne bien sur elle. " Enchantée. Je m’appelle Alice. J’ai bien un nom de famille, mais c’est imprononçable. Puisque tu m’as présenté ton statut, saches que je suis officiellement Marquise de Bavière mais ici, je suis reconnue comme étant une simple bourgeoise… " Ah, j'ai déjà entendu des trucs sur ça. Ce sont les nobles français qui sont acceptés dans cette école. Pour une fois que je dois quelque chose à mon cher père tant détesté... " Et sérieusement, je m’en contrefous des statuts… A part à se sentir supérieur aux autres, ça ne sert à rien. Au final, nous ne sommes pas différents. " Son monologue est intéressant. Elle a l'air... sympa. Sociable en tout cas. Ça me fait vraiment bizarre de parler normalement avec une parfaite inconnue. La couleur de ses cheveux me perturbe aussi. Mais peut-être moins que la scène que j'ai pu voir dans le bouquin qui m'est tombé sur la figure... " D’ailleurs, je peux savoir ce que tu foutais par terre ? Tu devrais ne pas plutôt être dehors et draguer les filles comme tous les beaux gosses dans ton genre ? " Mini choc.

Ouuuuah ! Qu'est-ce qu'elle me sort là ?! " Beau... beau gosse ? Où est-ce que t'as vu un truc pareil ? Si je suis ici, c'était bien pour rester à l'écart des filles justement. " J'essaye de mesurer mes paroles. Ne pas céder à la moindre provocation. Elle n'a sûrement pas fait exprès... " Et pour ton information, je dors n'importe où. Et comme je manque sérieusement de sommeil en ce moment... " Je me gratte la tête, gêné parce que je lui raconte. Je fronce les sourcils. " Et quelle idée de lire en marchant aussi ! Ton bouquin là ! C'est quoi au juste ? " Je détourne la conversation et désigne le manga qu'elle a rangé dans sa poche de pantalon. Je n'ai pas forcément l'air agressif ou énervé. C'est mon immense curiosité à propos de ce livre qui a parlé à ma place. " C'est juste que ... j'ai jamais vu ça en Russie. Je suis curieux. " C'est tellement gênant de demander ce genre de chose à une fille !! Enfin... Alice ne ressemble pas aux autres filles. Déjà, elle n'a pas bavé en me regardant. Et même si elle m'a traité de "beau gosse" dans sa bouche, ça ressemblait ni plus ni moins à une insulte et ça, pour moi, ça n'a pas de prix. Mon physique m'énerve. Les filles qui gloussent en ma présence, j'ai envie de les frapper. Alors, qu'on vienne me reprocher mon apparence, c'est une grande première pour moi.

Ça fait un bien fou de pas être rejeté. C'est une sensation nouvelle. Elle réussit à me faire rire. J'oublis bien vite que je viens juste de la rencontrer. " Et bien, je ne pensais pas que les Marquises de Bavière pouvaient avoir ce genre de lecture ! " Une fois de plus, je retrouve le sourire. Mais je me reprends. " Oui, les rangs, les statuts, ça ne nous aide pas à aller les uns vers les autres. Ce n'est qu'un nom. Qui forme des barrières. J'ai rencontré une prolétaire qui se fait martyrisée par ma classe et ça me fait gerber. Se soumettre ou vouloir soumettre, c'est une guerre-guerre inutile. Je me tiens bien loin de tout ça et j'observe le spectacle. " En parlant, je me tourne vers la fenêtre et regarde la cour bondée par les élèves avides de soleil de Nobilia. Je préfère être un spectateur de tout ça, même s'il m'arrive d'intervenir pour défendre ce qui n'ont pas la chance de pouvoir se battre à arme égal. Mais c'est une trop vaste tache. Bénédicte m'a rejeté après tout. On ne peut pas aider les gens contre leur volonté. C'est la bien triste vérité.

J'en avais oublié sa présence, je me tourne de nouveau vers elle. " Excuse-moi, ça m'arrive rarement de parler comme ça. J'dois vraiment être fatigué aujourd'hui ! " Puis, en affichant une mine boudeuse un peu taquine. " Tu pourrais me prêter l'un des livres de ta collection ? " Cette demande est hâtive mais je veux vraiment en savoir plus. Je n'y connais rien en fille ! Peut-être que les étudier au travers de ce genre de manga pourrait m'aider ? Bon ! Ok ! C'est surtout que j'ai plus rien à lire en ce moment ! Et que ça m'a l'air.... ma foi, très intéressant ! Et non, je ne suis pas un gros pervers ! Non, mais !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Mar 11 Mar - 21:56

Je ne sais pas ce qui me choque le plus lorsque j’y repense. Es le faite que je parle avec un beau gosse, ou le faite qu’il se prêtant beau gosse malgré lui ?! Il se fout de moi ce n’est pas possible ! Tous les hommes que j’ai connus, sans exception, rêvaient d’avoir toutes les femmes à leurs pieds d’un simple regard, ce que faisait aisément le jeune homme. Après… peut-être est-il gay après tout ? Hey, me regardez pas comme ça, ce n’est pas impossible, même-ci je reconnais qu’il n’a pas du tout l’allure d’un homosexuel mais bon… Nozomi non plus n’en avait pas l’air et pourtant… Merde, pourquoi je repense à elle surtout qu’elle s’est taillée pour un homme ! Tourne la page Alice !

Pour en revenir au beau gosse malgré lui, il me fit savoir qu’il dormait où il voulait… Cette remarque me fit sourire surtout que ce n’était pas vraiment le meilleur endroit pour dormir. Tiens, il manque de sommeil ? Curieux. En tout cas, mon livre semble le tourmenter au point qu’il ne peut s’empêché de me questionner dessus. Quoi il a jamais vue un bouquin de sa vie ou quoi ?... Oh, peut-être n’y a-t-il pas de manga aussi en Russie. Je crois me souvenir que leur régime est très homophobe alors, s’il y a des mangas, aucun, à mon avis, ne doit traiter du sujet tabou du yuri.

« Et bien, c’est un manga tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Vous n’avez pas ça en Russie ? C’est un genre de bande dessinée en noir et blanc. C’est typiquement Japonais. »

Il ne s’était pas attardé sur le sujet du livre, alors je ne m’y attarderai pas non plus. Moins il en savait, mieux s’était. Je ne sais pas ce que j’ai dit, mais en tout cas, il semblerait que ça l’ait fait rire. Il se moque de moi ou quoi ce grand idiot là ?... Non, en fait, je ne pense pas. Je pense plutôt qu’il est… heureux de parler avec moi ?!... Mais c’est quoi ce bordel, dans quoi es que je me suis laissée embarquée encore ? Déjà que j’ai du mal à me faire entendre des filles mais si en plus je deviens amie avec ce genre d’énergumène, il est clair que je vais me faire des ennemis. Mais bon… je ne vais pas non plus lui coller mon poing dans la figure sinon le résultat sera le même. Et puis, je dois avouer que ce n’est pas déplaisant de bavarder avec lui.

S’il savait à quel point mes parents réfutaient ce genre de lecture… En effet, je pense bien être la première marquise de Bavière à lire des mangas traitant du Yuri. C’est alors qu’il se confia à moi. Il était d’accords avec moi sur le principe des statuts et me parla alors d’une prolétaire que ce serait faite martyrisée… Serais-ce Bénédicte ?... Non, je la vois mal se laisser faire dans ce genre de situation. En tout cas, j’étais de tout cœur d’accords pour dire que ce genre de chose est vraiment répugnant. Par contre, rester loin et observer le spectacle, ça, c’est bien un truc de mec. Moi, je ne me pose pas de question et je fonce dans le tas. Si personne ne défends ceux qui en ont besoin, qui le fera ?

En tout cas, durant son monologue, Vadim était partit ailleurs et semblait avoir laissé son esprit voguer à l’extérieur, sous le soleil. Je penchai alors la tête me demandant dans quelle dimension il était partit. Lorsqu’il revint sur terre, finalement, il s’excusa et je secouai doucement la tête de désespoir en soupirant doucement. Non, il n’était vraiment pas méchant. Par contre, sa question suivante éleva en moi quelque suspicions et je ne le cachais pas en le dévisagent à mon tour, sourire en coin et l’air taquin.

« Un beau gosse qui reste à l’écart des filles, c’est vraiment une chose rare. Remarques, je veux bien te comprendre même-ci tu es le premier gars que je connaisse à te plaindre d’avoir autant de femme à tes pieds. Par contre, en ce qu’il s’agit des combats, je ne sais pas comment tu fais pour rester simple spectateur alors que tu ne supportes pas les discriminations. Perso, je préfère encore foncer dans le tas et garder des cicatrices… » Je lui montrai mon œil rouge au passage « … plutôt que de ne rien faire et de laisser ces pourris faire du mal à une personne qui n’a rien demandé. Enfin… Tu gères comme tu veux après. »


Je marquai une pause et hocha les sourcils à sa question.

« Mon livre te plait bien on dirait… Serais-tu curieux ou pervers ?... ou même les deux ? » J’aime être directe et mettre les gens dans l’embarras. C’est tellement amusant ♥. J'en profita pour me pencher légèrement en avant, serrant ma poitrine contre mes bras afin de la faire ressortir un peu plus pour étudier sa réaction. Je voulais savoir si vraiment il était pervers ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Jeu 13 Mar - 8:55


" Et bien, c’est un manga tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Vous n’avez pas ça en Russie ? C’est un genre de bande dessinée en noir et blanc. C’est typiquement Japonais. " Elle me prend vraiment pour un gland celle-là. Bon ok, je ne me suis pas bien exprimer. Mais je suis certain qu'elle a compris le sens de ma question. Seulement... je débute en communication moi ! Je ne peux pas réussir du premier coup apparemment. Je ne laisse transparaître qu'un petit sourire de toutes mes pensées. " Un beau gosse qui reste à l’écart des filles, c’est vraiment une chose rare. Remarques, je veux bien te comprendre même-ci tu es le premier gars que je connaisse à te plaindre d’avoir autant de femme à tes pieds. [...] " Ce mot sonnait vraiment comme une insulte dans sa bouche. Mon attitude est exceptionnelle ? Je me contrefous pertinemment de l'apprendre. Tant pis si elle ne me croit pas. Je ne vais pas me fatiguer à tenter de la convaincre. " [...] Par contre, en ce qu’il s’agit des combats, je ne sais pas comment tu fais pour rester simple spectateur alors que tu ne supportes pas les discriminations. Perso, je préfère encore foncer dans le tas et garder des cicatrices… " Elle me désigne son oeil rouge. C'est une blessure qui l'a rendu comme ça ? Elle n'a pas du se louper dis donc ! Cette pensée m'arrache un sourire un peu plus grand. Une fille bagareuse ? J'en ai jamais croisé...

" … plutôt que de ne rien faire et de laisser ces pourris faire du mal à une personne qui n’a rien demandé. Enfin… Tu gères comme tu veux après. " Je détournais le regard. J'agis exactement de la même manière. J'ai déjà défendu plus d'un cas désespéré et c'est peut-être pour ça que les filles semblent s'être encore plus intéressé à moi ces derniers temps. Mais je ne veux ni gloire, ni reconnaissance. J'ai bien compris tout ça quand j'ai rencontré Bénédicte. Elle m'a remis à ma place et depuis, je ne me mêle plus de rien. Pour l'instant. C'est alors, qu'elle me lanca une attaque directe. " Mon livre te plait bien on dirait… Serais-tu curieux ou pervers ?... ou même les deux ? " Elle se pencha alors légèrement en avant pour faire ressortir sa poitrine généreuse que j'essayais depuis tout à l'heure d'oublier. Je serre les dents et ferme instantanément les yeux, certainement plus rouge qu'à l'ordinaire. Je ne veux pourtant pas me laisser impressionner.

" Il n'y a pas de mal à être curieux, si ? Je me fiche pertinemment de ce que tu peux penser de mon attitude. Que tu y crois ou non je suis comme ça. " J'ouvre les yeux sans faillir et plonge mon regard noisette dans ses yeux vairons, un mauvais sourire sur les lèvres. " Une fille qui montre ses seins à tous les passants, devraient se regarder, avant de me traiter de pervers. " Je ne suis pas peu fier de moi. Pourquoi ce serait moi le pervers d'abord ! D'un oeil mauvais en fronçant les sourcils, je me répète. " Perverse ! " Puis encore une fois pour bien l'énerver. " Qu'est-ce que tu étais en train de lire, perverse ? " Si elle tente quoi que ce soit, je suis maintenant bien réveillé et plutôt agile pour esquiver les attaques directes. De toutes les manières, j'essaye de me pencher vers elle, pour retirer le manga de sa poche. Je sais que je peux y arriver. Mais si elle aussi, elle sait se battre, le combat risque d'être intéressant.

Je finis par réussir mon coup et j'agite le livre sous son nez. " Dis-moi exactement ce que c'est et si la réponse me convient, je te le rendrais... peut-être. " Je profite de ma grande taille et de ma rapidité pour éviter ses assauts. " Allez, perverse ! " J'ai l'impression de taquiner ma soeur. Bon, de manière bien différente. Mais je ris de la même manière dans tous les cas. Je veux savoir la nature de ce bouquin. Quelle idée d'écrire des histoires d'amours entre filles ! Mais ... ça m'a l'air rudement bien dessiné... Je le feuillette pendant qu'elle me répond. Je ne suis pas pressé, l'interrogatoire pourrait se poursuivre si ses réponses ne me satisfont pas... Décidément, je suis un être absolument diabolique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Sam 15 Mar - 23:54

Ce mec n’a pas fini de me surprendre et, honnêtement, je ne m’attendais vraiment pas à ce qui allait suivre. Il se défendait bien tout de même, il faut le reconnaitre. Sa première réponse fut bien trouvée et m’en tira un léger sourire vénéneux. Cependant, lorsqu’il plongea son regard dans le miens, je compris qu’il se préparait à sortir quelque chose qui allait faire mal. Il eut alors l’audace de réprimander mon action précédente, celle de me pencher en avant afin de faire ressortir ma poitrine. Habituellement, les hommes n’osent même pas faire de remarque à ce sujet, mais lui ne se gêna pas. Cela ne l’avait pas laissé indifférent pourtant car il avait bien rougit. Il n’était juste pas du genre à se laisser impressionner par une paire de gros seins. Bah, oui il faut le dire ! Au contraire, au final, ce fut moi qui passai pour la perverse !

Il avait super bien jouer son coup et avait retourné ma tactique contre moi-même ! Le rouge me monta alors aux joues et je ne sus quoi lui répondre. Là, il m’avait coincé comme il le fallait à tel point que je me redressai et détourna le regard. Sans compter qu’après, il remit sur le tapis le bouquin en me traitant à nouveau de perverse. Scheise ! Je lui ai vraiment donner le bâton pour me faire battre ! Déjà que je ne suis pas maso avec une fille, là ça ne m’a encore moins plus. Honnêtement, j’avais vraiment honte.

« Halt’s Maul ! »

Lâchais-je sous la colère avant de lui décrocher un coup de poings droit au visage que, à ma grande surprise, il esquiva. Bon sang, qu’il est rapide ! Je ne m’attendais pas à cela non plus. Ce mec savait se battre on dirait, mais il était bien plus rapide et plus souple que moi. Par contre, j’étais certaine d’avoir l’avantage de la force sur lui. Si je parvenais à le toucher, je pourrais le mettre à terre en un seul coup. J’enchainai alors sur un crochet du gauche qu’il esquiva à nouveau en se glissant dans mon dos… tout en sentant quelque chose glisser de ma poche arrière…

Merde ! Le Manga ! A présent, c’était lui qui l’avait. J’allais le récupérer comment ? Ce mec est vraiment grand ! Je bondis alors contre lui et essaya de rattrapé mon livre. « Mais rends moi ça merde ! Je ne plaisante pas ! » Mais rien à faire. Il voulait que je lui donne sa réponse. J’aurais bien voulu le frapper mais, en y réfléchissant bien, c’était plus des taquineries que de la méchanceté alors je n’essayai pas de le frapper à nouveau… Mais, j’aurais ma revanche, il ne faut pas croire que je vais me laisser marcher ainsi sur les pieds.


« D’accords… C’est bon ! »
Je le repoussai alors, quelque peu violente et me détourna pour pas qu’il voit mon teint rouge sous la honte. « C’est un yuri… Un manga qui traite de l’amour et de la sexualité entres femmes. » Je n’avais pas le choix. De toute manière, rien qu’en lui disant cela, il pouvait comprendre le reste et donc, quoi qu’il arrive, j’étais grillée. Pour la première fois de ma vie, j’allais essayé de faire confiance à un garçon. « Je t’en prie, ne le répète à personne… Je suis venu dans ce lycée pour éviter les ennuis, pas pour que ça recommence encore… »


J’ai peut-être fait une erreur et, à vrai dire, je me demande ce qu’il m’a pris de dire cela. Ainsi je lui exposais ma vraie personnalité, celle d’une femme fragile qui a longtemps souffert de sa différence par le passé. J’avais les nerfs sur le point de craqué et je n’osais plus me retourné de peur de croisé le regard de ce garçon. Les mains tremblante, j’ouvris la fenêtre à côté de moi et sortit rapidement mon paquet de cigarette de ma poche avant d’en allumer une et de tirer dessus comme une véritable toxicomane. J’en avais besoin pour me calmé. Ceci fait, je lui murmurai.


« Rends moi ce livre s’il te plait… et je le répète, ne parle à personne de ce que je viens de te dire… »



Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Dim 16 Mar - 15:34


Je crois bien avoir réussi mon coup. " Mais rends moi ça merde ! Je ne plaisante pas ! " Mais non, ce n'est pas drôle si je lui rends tout de suite ! Pas drôle du tout ! Mon sourire carnassier est bien présent maintenant. Je continue de le feuilleter, très intéressé par les dessins assez... suggestifs. Je suis en train de le retourner pour essayer de mieux interpréter une scène, lorsqu'elle me poussa assez violemment, ce qui m'obligea à faire quelques pas en arrière pour ne pas perdre l'équilibre. " D’accord… C’est bon ! " J'allais protester, lorsqu'elle se retourna timidement, soudainement pudique. Elle répondit enfin à mes questions et je n'allais pas l'interrompre en si bon chemin. "  C’est un yuri… Un manga qui traite de l’amour et de la sexualité entres femmes. " Yu-ri ? Je déglutis de manière peu discrète. Ils sont fous ces japonais. Puis en me tournant vers elle, je peux voir qu'elle baisse la tête et rougit jusqu'aux bouts de ses oreilles. Ouah... aurais-je été un peu loin ? Une perverse soudainement gênée, c'est pas banal ! " Je t’en prie, ne le répète à personne… Je suis venu dans ce lycée pour éviter les ennuis, pas pour que ça recommence encore… "

Déconnexion en cours... Purée, je ne comprends pas bien ce qui se passe là... C'était un secret ? Qui a-t-il de honteux à lire des mangas de ce genre ? Elle ouvre la fenêtre commence à fumer pour évacuer sa gêne. Je ne bouge pas d'un poil. L'observe. Je cherche à comprendre. Elle a eu des ennuies ? Des ennuies pour lire ça ... non. Des ennuies parce qu'elle apprécie ce genre de lecture ? De l'amour entre femmes... De la sexualité ... entres .... femmes." Rends moi ce livre s’il te plait… et je le répète, ne parle à personne de ce que je viens de te dire… " Ce murmure, ne fait que redoubler mes doutes. Ça a vraiment l'air très important pour elle... Pu*ain mais qu'est-ce que je suis con !!! Je me frappe soudainement le front avec son manga. BAM. C'est pas vrai ! BAM. Tu es pas encore bien réveillé ! BAM. Si elle est aussi gênée ... BAM. BAM. C'est qu'elle-même aime les femmes !! BAM BAM BAM. Raaah !! Mais pourquoi est-ce qu'il fallait qu'elle me balance un truc pareil de manière si détournée !!! Je rage intérieurement, arrêtant de m'acharner sur ce pauvre manga... qui a réussi à tout déclencher. Je respire une bonne fois, étant parfaitement conscient que mon visage a repris une teinte cramoisi. Cette gêne est lié à l'exposition de ses sentiments. Plus forte encore que si elle s'était mise nu face à moi, la soudaine pudeur de ses sentiments a réussi totalement à me déstabiliser.

" Tiens, reprends-le. Je retire ce que j'ai pu dire, tu n'as rien d'une perverse. " Je lui tends le livre et viens m'appuyer sur le rebord de la fenêtre ouverte, regardant fixement le paysage, pour éviter de la regarder directement. Je baisse la tête, déglutit une fois de plus. " Tu n'as pas de soucis à te faire. Tu n'auras aucun ennui à cause de moi. " Puis alors, une chose vient s'éclairer. Je perds mes rougeurs et relève la tête. " Tout s'explique ! " Je souris de nouveau, triomphant. Je ne veux pas laisser une nouvelle comme ça me perturber plus longtemps. " C'est pour ça que tu hais autant les garçons alors ... " La fumée ne me dérange pas mais je ne fume pas pour autant. J'ai trop besoin de ma respiration pour garder une bonne forme physique. Quand je fumais, j'étais considérablement diminuer. C'est pour ça que je ne touche plus à ça. Je lui souris de nouveau, heureux d'avoir résolu cette étrange question. Je ne sais pas ce qui m'arrive. Elle m'inspire trop de sympathie pour que je puisse avoir envie de lui faire du mal, même si j'en ai les moyens. Si elle a déjà été rejeté pour ça... je peux la comprendre. Moi c'est ma personnalité tout entière et mes origines nobles qu'on rejetait lorsque j'étais au collège. Les bagarres c'est mon truc. Je ne sais même faire que ça.

" Je suis rassuré ! Au moins... tu ne rejoindras jamais mon fan club. " Mon sourire hilare en dit long. Je ne veux pas lui témoigner de pitié ou quoi que ce soit qui puisse de nouveau la gêner. Je déteste faire de la peine à ceux qui ne m'ont pas rejeté... Je ... suis en train de devenir un vrai bisounours là ! Ça va plus. Il faut que je consulte ! " Cette situation n'est pas équitable. Puisque je n'ai pas fait exprès de t'arracher ce secret... il y a bien une chose que je peux te confier en échange. " Je redeviens sérieux. C'est vrai, je ne peux pas garder l'avantage. Ça me gêne vraiment de le savoir et de pouvoir m'en servir contre elle alors que je ne suis qu'un inconnu pour elle. J'aime pas parler de moi... mais tant pis. J'ai besoin d'une aide extérieure pour mon "problème" qui commence par un C et termine par un A. " Puisque tu as l'air de t'y connaître en fille et en histoire de cœur... " Mon expression est assez étrange et partagée... J'essaye d'avoir l'air sérieux et plisse un peu mes yeux, mais je me sens bien rougir de nouveau. C'est dingue, ça n'arrête pas ! " Je ... " OK, j'suis mal partie pour bien m'exprimer là.

C'est trop difficile à dire ! Je me gratte la tête, énergiquement, trouvant un moyen détourné de lui demander ce que je veux. " Je n'y comprends rien en filles. Tu penses que les yuris pourraient m'aider à mieux les comprendre ? " Voilà, c'était dit. Ce devait paraître assez con comme question. Mais tant pis. Je ne peux pas lui demander directement. C'est trop difficile. Je croise les bras, un peu soucieux de savoir ce qu'elle pourrait me répondre. Alice est cool. Je ne la vois pas comme une fille mais vraiment comme quelqu'un avec qui je pourrais bien m'entendre. Et je vous assure que c'est une chose totalement nouvelle pour moi. Si nous partageons nos secrets, il y aurait moyen qu'elle puisse m'aider... Et j'espère qu'elle peut sentir qu'elle peut désormais compter sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Jeu 20 Mar - 18:04

Je ne suis pas tellement du genre à balancer mon histoire à qui veut bien écouter mais là, je n’avais pas envie de me battre, surtout avec la vérité qui se cachait derrière ce livre… Je devais me comporter autrement et me battre que lorsque c’est nécessaire. Là, ça ne l’était pas. Tirant à longue bouffées sur ma cigarette, mes nerfs se calmèrent peu à peu. Je ne le regardais pas, mais son silence en disait long sur ses pensées. Dire à un homme que l’on n’est pas intéressé par les personnes de leur sexe, j’ai toujours imaginé cela ainsi… Certains seront gênés, d’autres intéressés. Les gênés sont sans doutes les personnes biens en qui l’on peut avoir confiance. Les autres chercheront souvent à avoir des rapports à plusieurs afin d’assouvir leurs fantasmes de « plans à trois » et autres choses perverses. Si il ne m’a pas mentit, il sera de cette première catégorie sans doute. Sinon, ce sera bien un homme comme les autres : Un menteur doublé d’un sinistre pervers qui va rapidement faire se rependre la nouvelle dans l’école. Le risque était grands, certes, mais avais-je, encore une fois, le choix ?

Cependant, je reconnu bien le son du livre que l’on tape contre une tête… Alors il venait tout juste de comprendre ? Bon sang, il est vraiment long à la détente ce bougre-là ! Et en plus, il va abîmer mon livre ! J’aurais pu m’énerver si je n’étais pas aussi dépiter par mes propres paroles. Finalement, je tendis mon bras dans sa direction, réclamant mon livre avant qu’il ne l’abime un peu plus. Lorsqu’il me le rendit, il semblait un peu étrange… Je ne sais pas s’il était gêné, s’il regrettait ou s’il était carrément traumatisé. En tout cas, une chose est sûre, ça l’avais bien refroidis. Il regrettait de m’avoir traité de perverse et cela me tira un sourire alors que je tirai une dernière bouffée avant de me rendre compte que j’avais déjà presque fini ma cigarette. Humph, il fallait dire que j’étais un peu stressée après une telle déclaration et il y avait de quoi. Il me rassura alors en me disant que je n’avais rien à craindre de lui tout en venant me rejoindre. Bonne nouvelle, au moins, lui n’est pas complexée par la fumée de cigarette. Il avait compris pourquoi je haïssais tant les garçons… enfin, ce n’était pas vraiment cela alors je me tournai vers lui pour lui répondre.

« Je ne hais pas TOUT les garçons… Il y en a des sympas. La plupart du temps ce sont de pauvres bougres malchanceux et pas vraiment gâté par la nature… A l’inverse, les beau gosses sont populaires et se croient tout permit, même du pire. C’est eux que je déteste le plus… »

Dans une dernière bouffée, j’achevai ma Malboro avant de la jeter par la fenêtre en observant curieusement cet énergumène. A ce rythme, il allait finir par représenter l’exception qui confirme la règle. Malgré ce que je venais de dire qui en aurait choqué plus d’un, lui il était là, souriant, comme-ci il avait fait une découverte exceptionnelle… Franchement. J’espère au moins ne pas être la seule lesbienne de cette école sinon, ça va être encore plus difficile de « pécho » comme disent les jeunes de nos jours. Enfin… il y en a forcément mais elles sont peut-être bien plus discrètes que je ne le suis.

Il me dit alors quelque chose qui me surprit encore (bon sang, il n’a pas fini de me surprendre ce mec-là). Il semblait soulagé que je ne m’intéresse pas aux hommes ?! Je jetai alors un coup d’œil sur mon propre corps. Je ne suis quand même pas trop mal foutu non ?... Il en a marre à ce point-là des femmes ? Perso, je vais finir par croire qu’il est gay à ce rythme. En tout cas, par la suite, il me fit comprendre qu’il avait quelques remords pour m’avoir fait lâcher ce secret… qui n’en est pas tellement un en fait enfin… si un peu quand même mais bref. Je redevins alors sérieuse à mon tour et tourna alors le dos à la fenêtre, appuyant mes fesses contre celle-ci pour être plus à l’aise et croisa les bras. Lorsqu’il s’agit de secret ou de confidence, je ne plaisante pas trop avec cela. Je m’y connais en fille, ça c’est sûr, mais en histoire de cœur… j’ai eu qu’une petite amie et encore… c’était juste un baiser. Par la suite, j’ai embrassée d’autres filles mais, il n’y a jamais rien eut de plus que des baisers. Pas de sentiments et même pas de relation sexuelle mais ça, je le garde pour moi si vous me le permettez bien… Enfin bref, notre beau parleur semble avoir perdu sa langue avant même d’avoir fini sa phrase. Ça par contre, c’est con. Je lui fis alors signe de continuer en lui faisant comprendre d’un regard qu’il pouvait avoir confiance en moi.

A vrai dire, cette question faillit me faire éclater littéralement de rire tellement je ne m’y attendais pas, surtout venant d’un beau gosse comme lui. Je dus quand même me retenir de rire en plaçant une main devant ma bouche… Voyons, Alice, un peu de sérieux ! Il ne blaguait pas là, il faut se contenir et l’aider. Je me raclai alors rapidement la gorge et reprit un peu de sérieux :

« Tu me prends un peu au dépourvu là, tu sais… Enfin bref, si tu veux parler de cela, mieux vaut aller dans ma chambre. A cette heure-ci il n’y aura personne. Je sais que c’est interdis aux mecs mais, franchement, ce n’est pas avec moi qu’il va arriver un malheur… »

L’heure avait déjà bien tournée depuis notre rencontre. Bientôt, les élèves vont commencer à arpenter les couloirs d’ici peu et lui risque d’attirer les jolies femmes, ce qui serait encore plus embêtant. Autant profiter qu’il n’y ait encore personne pour se rendre dans le seul endroit où nous pourrons finalement bavardé seuls à seuls… Alors, sans même attendre sa réponse, je le pris par le bras et l’entraina vers l’internat.

« Je ne pense pas que les yuris t’aideront. Une histoire d’amour entre filles n’a rien à voir avec une histoire d’amour classique. Les garçons et les filles ont des divergences autant hormonales, et physiologiques que mentales. Tu pourrais en apprendre plus sur la manière dont réagissent deux femmes amoureuses et, peut-être aussi, sur les amours interdis, mais rien qui ne t’intéresse je pense. Mais, t’inquiète, j’ai déjà un manga qui pourrait t’intéresser et je vais te dire quelques trucs à savoir sur les femmes. »

Aussi étonnant que cela pouvait être, je souriais et j’étais heureuse de jouer les profs pour un beau gosse. C’était aussi insolite que de voir un chaton apprendre à un chien comment on fait pour miauler… Oui, je pense que j’ai bien choisis la comparaison. Vadim est vraiment quelqu’un de sympa et il a bon cœur. Il inspire vraiment la confiance. Si je commence à m’attacher à un mec, ça ne va pas le faire, surtout un beau gosse. J’ai quand même une réputation à tenir ! Mais, il a vraiment besoin d’un coup de main et, même-ci c’est un beau gosse, il a l’air aussi perdu dans la vie que la plupart des garçons que j’ai défendu et le laissé perdu, c’est pas dans mon caractère. *Aller, viens là le beau-gosse. Je vais t’apprendre ce que c’est qu’une femme, une vraie !* Pensais-je en le tenant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Ven 21 Mar - 22:27


Je voyais bien qu'elle était en train de se retenir de rire. Je fronçais les sourcils, un peu vexé. " Tu me prends un peu au dépourvu là, tu sais… Enfin bref, si tu veux parler de cela, mieux vaut aller dans ma chambre. A cette heure-ci il n’y aura personne. Je sais que c’est interdit aux mecs mais, franchement, ce n’est pas avec moi qu’il va arriver un malheur… " Je suis un peu pris au dépourvu. Dans sa chambre ? Ouais après tout, s'il n'y avait pas d’ambiguïté, ce ne serait absolument pas la première fois que je vais dans la chambre d'une fille. " C'est interdit ? Ah, j'savais pas. " Je me gratte la tête. J'ai déjà dormi une fois avec ... celle dont je ne dois pas prononcé le nom... et une autre fois avec Lana... Après tout, je me fiche bien de ce qui est interdit. Mais enfreindre des règles sans même les connaître, c'est fort ! Mais pendant que je me perdais dans mes pensées, Alice me prit par le bras et commença à m'emmener jusqu'à l'internat. " Eh ! Doucement ! " Elle était vraiment forte, elle arrivait à me traîner plutôt facilement. En même temps, je cessais vite de me débattre, j'allais pas faire mon gamin attardé non plus. Elle avait l'air décidé à m'aider et à cette pensée, je souris de nouveau.

" Je ne pense pas que les yuris t’aideront. Une histoire d’amour entre filles n’a rien à voir avec une histoire d’amour classique. Les garçons et les filles ont des divergences autant hormonales, et physiologiques que mentales. " Je la regardais, en clignant des yeux. J'ai vraiment l'impression de parler à un professeur de ... psychologie féminine ? J'ai intérêt à rester concentrer. " Tu pourrais en apprendre plus sur la manière dont réagissent deux femmes amoureuses et, peut-être aussi, sur les amours interdis, mais rien qui ne t’intéresse je pense. Mais, t’inquiète, j’ai déjà un manga qui pourrait t’intéresser et je vais te dire quelques trucs à savoir sur les femmes. " Etre collé à une fille, qui marche vers l'internat en vous tenant fermement par le bras et qui vous explique ce genre de choses étranges est une expérience des plus déstabilisante. Je déglutis de manière peu discrète. " Et bien, puisque tu as l'air si déterminée à m'apprendre... Je te fais confiance ? " Ma voix part dans les aigu comme lorsque je muais et je détourne le regard pour ne pas avoir le nez dans son décolleté généreux. Heureusement, le supplice touche à sa fin, nous arrivons devant la porte de sa chambre.

Nous entrons et elle me lâche enfin le bras. J'ai l'impression de reconnaître cette chambre. Seulement, elles se ressemblent toute non ? " Tu es sure qu'on sera tranquille ici ? " Les chambres sont bien remplis ces derniers temps... mais c'est vrai qu'il fait beau et qu'ils sont loin d'être tous rentrer. Seulement dans ma chambre, je suis sûr que Louis doit être en train d'étudier et je n'aime pas rester dans la chambre à le regarder faire. Son regard me déplaît en ce moment. Je m'installe alors sur le lit qui a l'air d'être le sien, vu les mangas que je vois sur la table de chevet. " Tu me parlais d'un manga qui pourrait m'intéresser ? J'aime beaucoup lire, je connais pas mal de manga aussi. On en apprend beaucoup en lisant. Mais j'avoue ne jamais avoir lu de trucs à l'eau de rose ou quoi que ce soit de ce genre là. " Je détourne le regard en me grattant encore une fois la tête. Je dois vraiment ressembler à rien avec les cheveux ébouriffés. Peut-être même pire que lorsqu'on fait des batailles d'oreillers avec Lana. C'est pour dire ! Il faudrait peut-être que je passe chez un coiffeur vu l'épaisseur qu'ils ont en ce moment.

" Je ... j'ai du mal à comprendre pourquoi tu acceptes de m'aider comme ça. Après tout on se connaît pas et puis... tu restes une fille ! " Je n'ai aucunement l'habitude de me confier comme ça et l'aide qu'elle me propose soudain me gêne. Si j'ai bien un défaut c'est que je suis pudique. Surtout en ce qui concerne les sentiments. Alice me trouble par sa bonne volonté et son histoire. Je ne la vois pas comme une fille, je lui ai menti. Et c'est surtout pour ça que j'ai l'impression de pouvoir lui faire confiance. Mais elle va vraiment vite. J'ai du mal à l'accepter. " Moi non plus je ne déteste pas toutes les filles en général. Mais celles qui se limitent à mon physique et refusent de croire que les hommes sont pourvus d'un cœur, me dégoûte au plus haut point. " Je relève la tête, un maigre sourire sur les lèvres. " Le problème c'est que je rencontre souvent des filles qui en ont un déjà meurtri et qui ne se gênent pas pour piétiner le mien. " Je lui tourne le dos, aillant du mal à garder la tête haute. J'essaye de parler comme dans les livres, de choisir mes mots. Si elle veut m'aider, il faut qu'elle puisse comprendre un peu, à quel point je suis mal.

Puis alors je me lève, pour essayer de camoufler un peu tout ça et reprendre mon assurance habituelle. " Donc tu vois, j'ai une revanche à prendre sur elles. Si tu peux m'aider, ce serait formidable. Parce que j'ai beau m'efforcer du mieux que je peux, en amour, j'y comprends rien du tout. Alors pour une fois, je mettrais bien mon ego de côté pour réussir quelque chose. " Lorsque je m'arrête un instant sur son expression, je me reprends aussitôt. " Je ne veux absolument pas séduire toutes les filles hein ! Je ne suis pas un -beau gosse- là comme tu le répètes sans cesse. Il n'y en a qu'une que je dois comprendre. Parce qu'elle ne veut pas sortir de mes pensées... tu vois ? " En savoir plus sur mon ennemie ne pourra être qu'un atout. Et si Alice semble décidée à m'aider, ma foi, j'accepte son aide volontiers. C'est la première fois que je tombe sur quelqu'un qui semble pouvoir me comprendre, d'une certaine manière. Pas que nous partagions notre histoire, comme Lana, mais bien dans nos caractères : peu importe notre sexe, je pense que nous sommes fait pour nous entendre. Et ça, c'est bien une chose que je n'avais jamais osé imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   Mar 1 Avr - 21:15

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]   

Revenir en haut Aller en bas
 

[TERMINE]La fille qui hait les beau gosses ou... le beau gosse qui hait les filles. [PV Vadim]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tout est beau, tout est rose. Tant que je l'impose.
» Sortie entre filles ou confessions intimes ? || Devis & Enoria.
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !
» LE PROFILE D'1 BEAU- CORPS LAVALASSIEN DE PETIT-GOAVE..
» Chasse entre mère et fille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Noble Academy :: Le petit coin de détente :: Les archives :: Les vieux RPG :: RP terminés-